Le rapport Export 2020 de la Sace: un nouveau départ pour les exportations

Après une forte baisse en 2020, les exportations italiennes devraient se redresser vigoureusement dès 2021.

Rapport Export 2020 Sace

Partager sur les réseaux sociaux

"Open (again) - A new start for exports" est le titre du rapport Export 2020 Sace présenté le jeudi 10 septembre en conférence web par la direction de l'entreprise, le président Rodolfo Errore et Pierfrancesco Latini, en présence des ministres de l'économie, Roberto Gualtieri, et des affaires étrangères et de la coopération internationale, Luigi Di Maio.
Chaque année, le Rapport offre aux entreprises italiennes une "boussole pour s'orienter", comme l'a décrit Alessandro Terzulli, économiste en chef de la Sace, qui en a illustré le contenu, lequel prévoit une forte reprise des exportations italiennes dès 2021, reprise qui permettra aux exportations italiennes de marchandises d'atteindre 510 milliards en 2023.

 

Les exportations en forte baisse en 2020


Les incertitudes héritées de 2019, l'impact pandémique du Covid-19 et les mesures conséquentes pour contenir la contagion, qui ont conduit à un Grand Lockdown, auront évidemment un impact cette année sur la croissance économique et le commerce mondial, qui devrait subir des changements largement négatifs. Les exportations italiennes de marchandises, en valeur, devraient chuter fortement en 2020, aux niveaux d'il y a quatre ans, et devraient se terminer avec une baisse de 11,3 %.
Dans un scénario de base d'endiguement de la pandémie d'ici la fin de l'année et compte tenu de l'efficacité des mesures de politique économique adoptées, il est toutefois possible de prévoir une reprise robuste dès 2021 et une dynamique relativement soutenue dans les années suivantes.
L'évolution attendue des exportations italiennes de services sera également réactive, après l'effondrement attendu en 2020 (-29,5% le chiffre final pour le premier trimestre de l'année), principalement dû au tourisme, avec un retour aux niveaux de Covid d'avant la crise dès l'année prochaine. La vitesse de récupération de ce qui a été "perdu" cette année dans les ventes de biens à l'étranger reste toutefois différenciée selon les secteurs d'activité et les marchés.

 

Les exportations italiennes: un tableau hétérogène par secteur d'activité  


Selon le rapport de la Sace sur les exportations, une pression à la baisse plus importante affectera certains secteurs de biens intermédiaires, tels que les métaux et, dans une moindre mesure, les produits en caoutchouc et en plastique, qui ont subi l'interruption des chaînes de valeur mondiales (GCV) causée par le blocage généralisé des activités de production au cours du premier semestre, tandis que la dynamique des produits chimiques sera moins affectée en 2020 grâce notamment à la composante pharmaceutique.
Des critiques sont également attendues pour les biens de consommation, en particulier dans le secteur de la mode qui ne se redressera que lentement en 2021, tandis que les exportations de meubles et d'articles d'ameublement bénéficieront de l'attention accrue des consommateurs liée à l'allongement du séjour à domicile, également conséquence d'un travail intelligent.
Les biens d'investissement, en particulier dans les transports, la mécanique instrumentale et les appareils électriques, sont également au point mort. En revanche, les exportations italiennes de produits agricoles et alimentaires sont les moins touchées en 2020, grâce à une production qui n'a pas subi d'arrêts drastiques pendant la période de fermeture et à une demande soutenue par l'augmentation des dépenses en aliments et boissons dans les canaux de distribution plus ou moins organisés. En ce sens, les restrictions physiques imposées au contact direct avec les consommateurs et les entreprises partenaires ont rendu encore plus évidente l'importance et le potentiel des canaux numériques et du commerce électronique pour toutes les catégories de biens et de services.

 

Les exportations italiennes : ses marchés de sortie


Comme chaque année, le rapport Export Sace fournit une carte précise des zones géographiques et des secteurs afin de permettre aux exportateurs italiens d'orienter leurs choix. En 2020, les exportations italiennes vers différentes zones géographiques verront partout un signe négatif : nos ventes aux pays européens avancés et à l'Amérique du Nord subiront une forte contraction cette année, suivie d'un redémarrage dès 2021, mais pas assez pour revenir aux niveaux de 2019. La plus forte reprise de nos exportations se produira sur les marchés émergents d'Europe et de la CEI, tandis qu'elle sera plus lente en Asie, en Amérique latine et en Afrique subsaharienne.

 

Les prévisions d'exportation dans deux scénarios alternatifs  


La forte incertitude concernant l'évolution de l'urgence sanitaire mondiale a conduit la Sace à simuler deux scénarios alternatifs de prévision des exportations, basés sur des hypothèses différentes et pires que celles du scénario de base, en fonction de la durée de l'urgence du Covid-19.
Dans un premier scénario, la Sace a envisagé la possibilité d'un nouveau verrouillage à l'échelle mondiale au cours des premiers mois de 2021, tandis que dans un deuxième scénario, elle a supposé que les restrictions de l'activité économique et les mesures d'éloignement social actuellement en place dans de nombreuses régions géographiques seraient assouplies plus lentement et plus progressivement que dans le scénario de base. Dans les deux scénarios, la nécessité de réactiver ou de maintenir les restrictions à la circulation des personnes et aux processus de production nationaux et internationaux accentuerait l'effondrement des exportations italiennes, qui en 2020 seraient respectivement de -12% et -21,2% dans les deux scénarios. 2021 ne serait plus une année de "rebond", mais verrait une croissance toujours négative dans le premier scénario et seulement légèrement positive dans le second, reportant à 2023 le rétablissement complet des valeurs pré-Covid.


TAGS


Partager sur les réseaux sociaux

Articles connexes